Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dinette & Paillettes

Dinette & Paillettes

Maman pétille

Nos paillettes du mois d'Août 2018

Cela vient de moi, ou les jours semblent défiler nettement plus vite en été ?
Le mois d’août touche à sa fin. Déjà. Globalement, il a sagement suivi les traces de son prédécesseur. Lâcher prise, rythme effacé et convivialité étaient de mise.

Alors, en août, il y a eu…

 

Une soirée où l’HomCostaud et moi avons rajeuni !


Nous avons profité que Cracotte décampe le temps d’une nuit pour dépoussiérer nos trésors oubliés dans les cartons et s’improviser une soirée « comme au bon vieux temps ». Nous nous sommes livrés un duel acharné à coup de wagonnets et d’objectifs volés, le tout sagement arrosé de bulles maltés (faut quand même pas déconner). Et puis j’ai savouré ma victoire.. Haut la main, je vous dirais (à trois points près, en réalité).

 

Une journée où j’ai vieilli (à peine !)


Un anniversaire fêté à la va-vite, en toute simplicité mais entourée de mes essentiels. C’était tout ce que j’espérais. Et mes souhaits ont été exhaussés…

 

Les 7 mois de ma Paupiette


7 mois quoi ! Cette petite fille ne jure que par son « papapapa » (et oui, toujours aucun signe de « maman » et croyez-moi ce n’est pas faute de lui suggérer).
Elle est capable de fournir plus de bave qu’une armée de crapauds et pourtant aucune quenotte à l’horizon.
Et puis ce mois d’août a également été marqué par le retour fulgurant de son RGO (snif). J’ai encore une fois crié victoire un peu trop rapidement… Ça m’apprendra…
D’ailleurs, moi qui pensais que son reflux allait avoir des répercussions sur son développement moteur (Paupiette est souvent « maintenue » en position verticale)…
Que nenni. Là encore, je me suis sacrément gourée.
Quelle a été ma surprise quand je l’ai vu traverser le salon d’une traite, à quatre pattes. Autant vous dire que je n’étais absolument pas prête.
Et comme si ça ne suffisait pas, cela fait plusieurs jours que Paupiette se hisse seule debout, en prenant appui sur la table basse ou la barrière de son parc.
Les prémisses de la liberté m’a t-on susurré.
Mouais…


 

Nos paillettes du mois d'Août 2018

Et les presque 4 ans de ma Cracotte


Dans la famille je sais ce que je veux (manger) (mais pas que), j’ai nommé Cracotte ! Elle aussi semble avoir poussée à la vitesse de l’éclair, durant l’été.
Ses centres d’intérêt se sont affinés. Il ne se passe plus une journée sans qu’elle ne me parle de chevaux, de cuisine, et qu’elle ne me demande de la musique pour « s’entraîner pour son pestacle de danse ».
Elle sait être très attentive aux besoins de sa soeur, sa « Nounette », comme elle l’appelle et aime par dessus tout pouvoir nous aider.  
Parallèlement, son caractère s’affirme de jour en jour. Elle tente toujours de repousser les limites fixées, et ce avec un entêtement parfois déroutant du haut de ses presque quatre ans.
Elle déteste être contre-dite : « Mais non maman, on dit un chevaux et des « cheval » (ouille que c’est dur à écrire) moi je te dis, D’ABORD ».
La pré-adolescence ne commencerait pas à 4 ans par hasard ?

 


Coquillages, crustacés et délices glacés


Le mois d’août a aussi et surtout était le berceau de nos premières vacances à quatre, à New-York, selon Cracotte !
En Camargue, en réalité.
Et croyez-moi, ces vacances on les attendait. 10 jours ensemble. Enfin.
Entre les travaux à la maison du râteau et les déconvenues que nous a généreusement offert l’année 2017, cela faisait deux ans que l’on ne s’était pas échappés plus que le temps d’un weekend.
Nous avions envie (besoin) de nous retrouver, dans notre cocon, dans notre terre d’adoption, la Camargue, et profiter simplement les uns des autres.
Aaaah la Camargue.
Mon, et maintenant, notre petit coin de paradis, notre oxygène, notre refuge.
Là-bas, une simple image, une odeur, une mélodie suffisent à faire ressurgir les souvenirs.
Le présent s’entremêle au passé.
J’y passais quasiment chaque vacance d’été avec mes soeurs et mes parents. Et il semblerait que le virus se soit propagé. La relève est assurée.
La destination était donc toute trouvée. Et le programme l’était aussi : Rien. Et c’était bien.

Nos paillettes du mois d'Août 2018
Nos paillettes du mois d'Août 2018
Nos paillettes du mois d'Août 2018
Nos paillettes du mois d'Août 2018
Nos paillettes du mois d'Août 2018
Nos paillettes du mois d'Août 2018
Nos paillettes du mois d'Août 2018

Que ce mois d’Août était ressourçant…

Mais ne devrais-je pas aussi englober le mois de juillet ?

Parce qu’à bien y réflechir, il s’agit de mon premier été en « congé » parentale (je n’avais pas pu en bénéficier pour ma Cracotte).

Mon premier été où j’ai pu être à leur côté quasi H24 et 7/7, sans être infestée, même en congés, par les mails à gérer « ASAP », et les demandes non-urgentes, mais quand même sait-on jamais (« ah mince j’avais oublié que tu étais en congés », sur un mal entendu ça peut peut-être marcher).

J’ai pu ainsi profiter pleinement et sereinement d’être avec elles. Prendre le temps de les observer d’un oeil, tantôt amusé, tantôt émerveillé et tantôt agacé. Oui, parce qu’il faut quand même l’avouer, ça n’a pas été facile tous les jours. Mais quand même, si c’était à refaire, je le referai, et ce sans hésiter.

Alors oui, c’était bon.

Cher été, je t’aurais bien prolongé de quelques jours, semaines, mois, années… Si seulement je pouvais. Mais voici venu le temps de te saluer.

Bienvenue à toi septembre, le mois de la rentrée (tu noteras le scoop de malade) mais aussi et surtout des anniversaires, quatre au total… et avec eux la promesse de jolis moments, festifs et légers (niveau ambiance hein, parce que niveau diététique…. euh, Joker) !

 

 

Nos paillettes du mois d'Août 2018

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article