Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Dinette & Paillettes

Dinette & Paillettes

Maman pétille

Education... où est le mode d'emploi ?


Aujourd’hui j’ai eu envie de revenir sur un incident qui s’est déroulé il y a quelques semaines. Une « péripétie » dans  mon quotidien de maman. Une scène somme toute banale mais qui m’a laissée un goût amer et m’a conduit à m’interroger sur mes principes éducatifs, à me remettre en question… « Suis-je trop sévère ? », « Suis-je suffisamment stricte ? » (c’est contradictoire, en effet, mais vous allez comprendre…), et le fameux « Suis-je une « bonne » maman ? », bref la machine à questions s’est activée comme jamais…

Revenons sur les faits.

Un samedi matin, peu avant les fêtes de fin d’année, j’avais quelques bricoles à acheter au supermarché. L’HomCostaud travaillant ce jour là, me voilà donc partie avec mes deux minis sous les bras.

A peine arrivée dans le magasin, Cracotte jette son dévolu sur un livre de coloriages. Une demande d’achat que j’ai refusée puisqu’elle dispose déjà d’un tiroir complet d’albums à moitié commencés. La nouvelle semble être acceptée. Mais elle insiste tout de même pour le feuilleter  pendant que je termine nos emplettes. Ce que j’ai admis à condition qu’elle le repose au moment de passer en caisse.

Les magasins sont des lieux de tentation pour les enfants. Je l’admets.
Habituellement, tout se passe bien.
J’essaie d’être claire sur l’objet de notre sortie dès le départ. Il y a bien quelques tentatives de détournement, quelques bouderies et parfois même quelques larmes mais tout rentre dans l’ordre. Habituellement.
Mais pas cette fois.

A la fin de notre slalom dans les allées du supermarché, loin d’être déserté, ledit livre a bel et bien était posé mais, dans le caddie.

La suite de l’histoire, vous devez l’imaginer.

La petite fille douce et calme s’est transformée en un petit monstre.
Des cris, des pleurs, des « t’es méchante », des « siiii je le veux », « de toute façon on va le prendre, J’AI DIT », des coups, de pied, de poing, dans le caddie, dans la caisse, des « J’AI DIT si », des hurlements, encore, un refus de quitter le magasin…

J’ai tenu bon malgré le regard lourd de certaines personnes, malgré sa petite sœur qui a gentiment profité du détournement général de l’attention pour tenter de déserter le caddie tout en me vidant au passage un rouleau de papier sulfurisé, et en m’éventrant un sachet de pâtes, malgré la fatigue accumulée en ce samedi de fin d’année, malgré la pluie qui s’abattait dehors nous trempant jusqu’aux os en l’espace d’une petite minute, que dis-je, d’une éternité, nécessaire pour traverser le parking.
Ah oui parce qu’est-il utile de préciser qu’il a fallu batailler pour qu’elle regagne notre voiture le tout en se mettant en danger, et en nous conduisant sa sœur et moi dans sa prise de risque.

Dépitée. Vidée. Voilà ce que j’étais.

Je me suis laissée dépasser par la situation autant qu’envahir par les émotions.

Les larmes n’ont pas pu s’empêcher de couler.

Erreur, me direz-vous.

Je le sais.


Un incident banal vous ajouterez. Oui mais.
Un incident qui m’a drôlement secouée jusqu’à m’entraîner dans une confusion totale.

Suis-je trop exigeante ? Manquerais-je d'indulgence ?
Elle n’a que 4 ans.

Est-elle trop gâtée ?
Ah ça oui… Les filles sont comblées de cadeaux par leurs grands-parents. En toutes occasions. « Tiens c’est samedi et si on allait chez Gifi ». J’exagère. Mais pas tant que ça.
Cracotte ne manque de rien. Et encore moins d’un énième livre de coloriages.
Une façon de me rassurer ?
En matière de jeu, le besoin ne doit-il pas s’effacer au profit de la notion de plaisir ?

Une telle frustration pour quelques euros… Aurais-je dû céder ?
Ce n’est pas 3 euros et des brouettes qui allaient mettre à mal l’équilibre budgétaire mensuel de la famille.

Cela aurait été plus facile. Pour moi. Assurément. Mais pour elle ? Est-ce que c’est ce que j’ai envie de lui inculquer ?

Je vais sans doute paraître trop prise de tête pour certain. Je ne peux que confirmer. Mais que voulez-vous on ne se refait pas.

À l'ère de l'éducation bienveillante et de la psychologie positive j’avoue être tiraillée entre le sentiment d’être trop ou pas assez, entre autorité et laisser-aller.

J’oscille entre vouloir œuvrer à son épanouissement tout en la confrontant à la réalité… un combat constant entre nos valeurs et celles qui nous sont imposées par la société dans laquelle nous évoluons.

Je jongle entre l’enfant que je vois, en grand besoin et qui manque terriblement de confiance et l’adulte que je suis, avec ses états d’âme et ses principes.

J’essaie de lui transmettre des valeurs.

Le respect des choses et des personnes sont en tête de liste.

Céder aurait été une façon de légitimer sa réaction totalement démesurée à mes yeux et de la laisser croire qu’elle peut obtenir tout ce qu’elle désire en un claquement de doigts, de tolérer certaines attitudes irrespectueuses.

Au quotidien, je valorise l’écoute et la communication.
Pour autant, j’aime la rigueur et la justesse.

Le goût de l’effort, le sens du travail et la valeur des choses sont autant de préceptes avec lesquels j’ai grandi et que j’ai envie à mon tour de transmettre.
Les contraintes font partie de notre quotidien en tant qu’adulte.
Certaines s’imposent à nous sans que l’on puisse les discuter.

Je pense aussi que les règles et les limites sont nécessaires pour se construire, se préparer à cette réalité pas toujours olé-olé.

Éduquer ce n’est pas séduire. Avais-je lu je ne sais où. L’idée me plaît.

 

Voici un article où je me/vous pose plus de questions que je ne vous apporte de réponses…

Et si j’arrêtais de me juger, de penser que je suis trop ou pas assez, et que j’acceptais ENFIN la maman que je suis, avec ses défauts et ses qualités…

C’est par là que je devrais commencer. Enfin… Je vais essayer.

Éduquer un enfant est loin d’être une évidence et encore moins une science exacte. Après tout si le mode d’emploi existait ça se saurait, pas vrai ?

Crédit photo : Pixabay

 

 

Education... où est le mode d'emploi ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nounouland 29/04/2019 11:50

C'est la qu'on distingue les parents qui cherchent toujours à etre les meilleurs et ceux qui ne se sentent pas concernés. Malheureusement, pour eduquer un enfant on a qu'une seul chance.

Maman Pétille 03/05/2019 15:07

Disons plutôt que l'on apprend de ses erreurs... L'éducation n'est pas une science exacte, ce qui marche un jour, peut ne plus fonctionner le lendemain. Nous mûrissons avec nos enfants, ils nous élèvent... à leur façon...

3 kleine grenouilles 15/02/2019 09:18

J'aurais agi comme toi. Elle n'a que 4 ans mais elle est assez grande pour comprendre qu'on ne peut pas acheter tout ce dont elle a envie, surtout si elle a déjà l'équivalent à la maison.
Ce fut une grosse crise mais au final ce n'est pas un événement très important, non ? Elle t'en a reparlé ?

Maman Pétille 15/02/2019 10:39

Nous en avons rediscuté, une fois la tempête passée... Je ne voulais pas que l'on reste sur cette crise, comme ça.
En tout cas, ça a eu le mérite de me faire changer mon approche des choses...

WorkingMutti 14/02/2019 19:48

J'avoue que je me retrouve très souvent dans cette situation. Et ça me rassure lorsque je vois que d'autres parents y sont confrontés. Je suis dans le même dilemme que toi donc malheureusement je n'ai pas beaucoup de réponse à apporter, juste pas mal de compassion. Le truc de détourner l'attention ne marche pas à tous les coups, loin de là.

La manière d'éduquer notre enfant est le fruit de changements, de retours en arrière parfois. Mais en tout cas, tu cherche vraiment à aller de l'avant et à tout remettre en question pour avancer dans la bonne direction. Et ça fait déjà de toi une super maman !

Maman Pétille 15/02/2019 10:36

Je pense qu'il est toujours bon de se remettre en question, de confronter ses idées, de se bousculer... Après tout, personne n'est parfait !
Merci à toi :)

Madame Bobette 14/02/2019 15:06

Je ne sais pas si ça te rassurera mais la situation aurait très certainement fini de la même manière avec moi... Ce n'est même pas une histoire de 3€... Si c'est annoncé, c'est fait: un histoire de principe. Mais non, il n'y a pas de guide... Un autre jour, j'aurai certainement pu lui acheter ce livre et sans raison... Bref, on fait au mieux à l'instant T... On va pas commencer à disserter ou faire une matrice SWOT à chaque coloriage ;)
Courage, ce jour ne sera qu'un parmi tant d'autres... Mais on est tous dans le même bateau!!

Maman Pétille 15/02/2019 10:30

C'est exactement ça... on est parti pour de (très) longues années de doutes et de remises en questions, après tout c'est aussi ça être parents !

Charlotte - Enfance Joyeuse 14/02/2019 10:39

Quel article.. Je me suis mise à ta place dans ce magasin. Je pense que ta conclusion est pleine de tolérance. Ne pas chercher à faire toujours parfaitement, à coller aux principes éducatifs que l'on aime, à respecter toutes les étiquettes... C'est trop dur. On reste humain. Après tout tu fais au mieux. ET C'EST SUFFISANT. Comme tu le dis si justement, éduquer ce n'est pas une science exacte.
Moi je dirai qu'une chose à cette maman dans ce magasin, avec ses larmes sur les joues et ses filles sous le bras : "tu as fait au mieux et c'est amplement suffisant".

Maman Pétille 15/02/2019 10:21

Merci Charlotte pour tes mots toujours si justes et réconfortant...